Mon devoir pendant leurs devoirs

Les devoirs sont souvent un moment de tensions. Entre la fatigue de la journĂ©e, le « oui, oui maman, je vais m’y mettre tout Ă  l’heure ! » et le traditionnel : « Maman ! j’ai une Ă©val’ demain et j’ai oubliĂ© mon classeur bleu ! » pfff… pas simple de rester zen. Jamais je n’aurais pensĂ© que la table de 8 puisse me mettre autant Ă  cran ! La petite est maintenant au CP, c’est la première fois que nos enfants ont des devoirs toutes les deux. Je tente diffĂ©rentes formules : chacune Ă  son bureau (s’il te plaĂ®t, p’tit JĂ©sus, donne-moi le don d’ubiquitĂ© !) ; sur la table Ă  pique-nique du parc (attention aux crottes de pigeons sur vos cahiers !) ; rĂ©citation en pyjama couchĂ©es dans le lit (excusez-moi, je me suis endormie, on reprend !) ; multiplications Ă  cloche-pied (pardon les voisins du dessous !) ; poĂ©sie en chantant dans la voiture (c’est bon, tu la connais maintenant, tu peux arrĂŞter ?!)… Mais le plus souvent, j’ai la tĂŞte dans les placards Ă  chercher ce qu’on pourrait bien manger ce soir, je pense aux six mails qu’il me reste Ă  envoyer, pendant qu’elles se chipotent devant leurs cahiers en me demandant si elles peuvent aller jouer. Ça me donne envie de cuisiner Marie-Antoinette en 18 polyèdres rĂ©guliers Ă  la sauce nĂ©andertal ! Mais je veux me rappeler que mon devoir pendant leurs devoirs est de privilĂ©gier la relation et lâcher prise sur l’apprentissage absolu-total-sans-fautes-pour-demain. Elles feront peut-ĂŞtre des erreurs dans leur dictĂ©e, j’enverrai mes mails plus tard, mais il m’importe que notre lien de confiance ne se conjugue pas avec violence.


Cet article a été publié le jeudi 6 octobre 2016 à 08:50 et est classé dans Billets parentalitĂ© . Vous pouvez laisser un commentaire.


© 2006-2013, Tous droits réservés, Érika Leclerc-Marceau