août 2013

Ma princesse déchue

mardi 20 août 2013

Je n’avais pas compris que c’était si dur pour toi. Avant, nous n’avions d’yeux que pour toi…Après son arrivĂ©e, il fallait tout partager. Au dĂ©but, ça allait, elle dormait. Puis, elle s’est rĂ©veillĂ©e : mignonne, gazouillante, gracieuse…pour toi, insupportable. Elle te volait le rĂ´le de la petite, tu Ă©tais confinĂ©e Ă  devenir la grande : la sage, la patiente, la comprĂ©hensive. Dur, dur. Une chance qu’il y avait papa, sans seins, plus disponible, plus indulgent. Je regarde certaines vidĂ©os de ces moments et j’ai mal pour toi, toi en quĂŞte constante d’attention. Derrière ton regard attendri, tu hurles : « ET MOI?? » Le bĂ©bĂ© a grandi et aujourd’hui, je te demande pardon. Pardon, pour les attentes que j’ai eues, tu es encore si petite. Profitons-en! J’aime nos roulades, j’aime t’écouter, j’aime nos Ă©changes, ton univers, tes dĂ©couvertes… Ma belle, ma douce, ma sensible, nous ne faisions qu’un, l’amour aurait pu nous Ă©touffer. Nous sommes maintenant quatre, nous arriverons Ă  le partager. 


© 2006-2013, Tous droits réservés, Érika Leclerc-Marceau